BALADE-MOTO-PYRENEES

Balade moto Pyrénées

         LES PYRENEES A MOTO !

430 km de Hendaye à Cerbère, deux pays, l'Espagne et la France, une principauté, l'Andore, un océan, l'Atlantique, une mer, la Méditéranée, un fleuve, la Garonne, des rivières, des lacs, un point culminant à 3408 m, l'Anéto, une stupéfiante variété de paysages, des vertes vallées du Pays Basque à la rocailleuse Côte Vermeille en passant par les stèpes des sierras Aragonaises, sans oublier les vertigineuses pentes du col d'Aubisque.

Et le plus important : des virages par milliers, comme si les routes qui parcourent les Pyrénées avaient été faites pour le seul bonheur des motardes et motards que nous sommes !

 

 

 

Vous voulez faire les Pyrénées à moto, mais face à l'étendue de la carte étalée sur la table de la cuisine vous ne savez pas par quel bout vous y prendre : d'où partir, où arriver, quel itinéraire emprunter, quelle route merdique éviter, quel col mythique ne pas louper, quelle route exceptionnelle faire à tout prix ?

Balade-moto-Pyrénées vous propose deux formules pour optimiser votre temps afin de découvrir les Pyrénées sur votre machine, avec ou sans passager.

 

 

ITINÉRANCE pure (et dure)

Chaque nuit est passée dans un site différent, départ  et arrivée de la sortie dans les Pyrénées centrales, côté français. On roule un peu plus en Espagne qu'en France, 300 à 350 km par jour, les plus grands cols sont au programme.

 

SEMI-ITINÉRANCE

On dort deux nuits au même endroit, l'accent est mis plus sur la qualité et l'intérêt des routes que sur le parcours proprement dit (le port d'Envalira par exemple n'est pas au programme). 300 à 350 km par jour aussi.

 

Dans les deux formules le rendez-vous est donné le samedi à 15h00, avec départ une heure après pour la première étape du soir.

La fin de la randonnée est pour le vendredi en milieu de journée, avec possibilité de partir plus ou moins tôt pour ceux qui ont beaucoup de route pour rentrer chez eux.

Le point de rendez-vous pour la formule "itinérance" sera aux alentours de Montréjeau, 90 km au sud-ouest de Toulouse.

Le point de rendez-vous de la formule "semi-itinérance" sera la Cité de Carcassonne, 80 km au sud-est de Toulouse.

Rendez-vous à 15h00, départ une heure plus tard pour 150 km de route, deux heures à deux heures trente environ, pour un repos bien mérité !

 

 

LES MOTOS

 

En théorie cette trans-pyrénéenne est ouverte à tous types de moto.

En pratique c'est plus compliqué !

S'il est généralement admis que le trail est la machine idéale pour faire de longues chevauchées en montagne, à l'inverse l'hyper-sportive y sera particulièrement mal à l'aise : confort approximatif, position de conduite inadaptée aux épingles qu'on négocie parfois à moins de 30 km/h, arrimage du  sac problématique, autonomie réduite, le tout entraînant un inconfort du conducteur, on ne parle pas de l'improbable passager, avec en prime un mal du bas du dos dès la mi-journée !

Mais chacun est libre de s'inscrire avec l'engin de son choix, en n'oubliant pas qu'un arrêt carburant, par exemple, tous les 120 km pour cause d'autonomie insuffisante obligera tout le groupe à s'arrêter.

 

LES CONDUCTEURS/TRICES

 

On ne fait bien évidement pas la course, mais avec un minimum de 300 km par jour à parcourir, sur des routes souvent très techniques et exigeantes, particulièrement dans les descentes de cols, il faut un certain savoir-faire et une endurance  certaine, que ce soit pour les pilotes ou leurs passagères.

Sans parler des conditions de roulage qui peuvent rendre le parcours bien plus délicat qu'il ne l'est si tous les voyants sont dans le vert .

Les pauses, qu'elles soient photo, café ou pipi seront peu nombreuses et forcément brèves pour éviter d'arriver à la nuit.

 

L A MÉTÉO

 

"Sortez couverts" dit le slogan !

En montagne c'est la même chose : Toute la journée il fait un temps splendide, limite chaud malgré l'altitude. Pas un nuage en vue, pas de vent. Quelques petits nuages font leur apparition dans l'après-midi, mais tellement ridicules qu'on n'y fait pas attention. Moins d'une demie-heure plus tard on ne voit plus un morceau de ciel bleu, les nuages sont de plus en plus épais, la température chute et dans les minutes qui suivent il tombe des cordes, une pluie épaisse et glacée qui réduit la visibilité à moins de cent mètres en même temps qu'elle nous refroidit jusqu'à la moëlle.

En moins d'une heure la température a chuté d'un presque 30° à un petit 10 ! Normal on est en montagne.

Pas de panique, on enfile les combis de pluie, si possible avant de prendre la douche et on repart.

Pas question de se dire : "on trouve un abri et on attend que ça passe". Car un abri on ne trouvera pas, et il va flotter pendant deux heures, ce qui veut dire qu'on repartirait à la nuit;

La tenue de pluie est donc OBLIGATOIRE !  Que ce soit tenue étanche ou combinaison de pluie, le plus sage étant d'avoir les deux.

De même pour les vêtements chauds : les plus hauts cols que nous franchirons sont à plus de 2000 m, avec des conditions météo défavorables ça se traduit fréquemment par des températures d'à peine 5°, même en plein mois d'août.

LA MÉCANIQUE

 

Bien évidement, quand vous vous inscrivez à une sortie vous vous engagez à venir avec une moto en parfait état de marche : Un moteur qui démarre au quart de tour même à 5° avec un taux d'humidité "équatorial", des freins efficaces et endurants (on trouve jusqu'à 17% de pente), de même pour la suspension et la transmission (ne pas oublier la bombe de graisse pour celles et ceux qui ont une moto à transmission finale par chaîne), et bien sûr des pneus en bon état, la bombe anti-crevaison étant quant à elle indispensable.

Le gilet jaune est en principe obligatoire en Espagne, mais on croise peu de motards, espagnols ou pas, qui le portent.

 

Si une moto est immobilisée sur le bord de la route, que ce soit pour des problèmes mécaniques ou pour une stupide panne d'essence,   c'est tout le groupe qui doit s’arrêter.

Ne confondons pas entraide: moto neuve ou presque qui fait un caprice et assistanat : moto usée à la couenne, peu ou pas entretenue, sortie d'hivernage la veille de la balade et dont la panne est plus que probable.

 

LES PAPIERS

 

Ceux de la moto bien sûr, carte grise et attestation d'assurance, le permis de conduire avec des points, et la carte d'identité qui est demandée dans les hôtels.

En prime une carte d'assurance maladie européenne .

N'oubliez pas de vérifier auprès de votre assureur que vous avez bien souscrit une assurance rapatriement, pour vous, votre passager et votre machine.

Les papiers avec des chiffres dessus aussi, même s'il y a des distributeurs à peu près partout,  les commerces, restaurants et stations essence acceptant à peu près tous les paiements par carte bancaire.

 

LA SANTE 

 

N'oubliez pas vos médicaments, pour ceux qui en prennent régulièrement et pour les autres prévoyez de quoi traiter mal de tête , mal de dos et ventre en vrac .

 

LES ROUTES

 

Certaines sont de vrais billards à faire pâlir de jalousie un circuit de F1, d'autres sont moins bien revêtues, quelques'unes sont franchement affreuses, les gorge de l'Aude par exemple !

On évitera les vilaines autant que possible , mais pas toutes !

LES TARIFS

Le tarif est de 520 € en chambre simple, quelle que soit la formule.

Ce tarif comprend :

   - Le guide du samedi 14h au vendredi la même heure

   - 6 nuits en chambre simple en hôtels deux étoiles

   - Le petit déjeuner

 Ce tarif ne comprend pas :

   - Le carburant

   - les repas

   - les boissons

   - l'assurance pour vous ou votre machine

   - les visites de musée que nous n'aurons pas le temps de faire

   - les différents frais sur votre moto quelles qu'en soient les causes

Si vous choisissez l'option chambre double le tarif est de 420 €.

 

LES DATES

Du samedi 3 juin  au vendredi 9 juin 2017 pour la formule en semi-itinérance

Courant septembre 2017 pour la formule en itinérance pure               

LES CONTACTS

Par téléphone, au 06 08 43 26 70

Par mail, luciole.brutus@wanadoo.fr

 

 

A bientôt sur les routes des Pyrénées, Vincent.